© Interaview
Plage du Racou

un recoin de Paradis

Plage du Racou

Le terme « Racou » signifie « le recoin » en Catalan.
Installé à la charnière de la côte rocheuse et de la plage de sable, c’est un des lieux typiques du littoral argelésien.

Le Racou

à 360°

Une ambiance familiale
Au sud d’Argelès-Plage, à l’endroit où les derniers contreforts de l’Albère viennent mourir dans la Méditerranée, la côte de sable forme une anse où se niche le hameau du Racou. Plus qu’un simple quartier, ce lieu est presque un village à part entière et a su garder son ambiance familiale.

Des ruelles de sable
Les maisonnettes blanches forment d’étroites ruelles ombragées au travers desquelles flotte une atmosphère délicieusement rétro; il y fait bon se baigner ou se promener le long des rochers pour y découvrir de minuscules criques sauvages.

Entre mer et montagne
Une des plus belles plages de la Région. A l’origine, il n’y avait là que quelques cabines en bois destinées à l’accueil des baigneurs. Les premiers aménagements « en dur » sont apparus dans les années trente. Le Racou a su garder des dimensions modestes, il est agréable de s’attabler aux terrasses des cafés et des restaurants.

Carte

Plage du Racou

Une histoire

atypique

Quelques rangées de maisons à portée de mer et de « coups d’est » ; une histoire atypique ; un esprit communautaire qui ne s’est jamais éteint : bienvenue au Racou, si proche et si lointain du centre-ville, au pied de la côte rocheuse.

« Racho »

Les premières mentions du Racou (« Racho ») dans les textes officiels remontent au XVIe siècle. Le lieu est avant tout connu pour son abreuvoir, idéalement situé sur le chemin menant à Collioure (l’actuelle route dite de la Corniche n’existe pas encore).

Début du XXe siècle

De rares chalets ; quelques promeneurs en habits du dimanche : le tourisme n’a encore germé dans le moindre esprit. Le Racou est encore vierge de toute trace de « modernité », comme laissé en paix par l’homme.

Années 1930

Rares sont les propriétaires installés sur cet espace : la mairie d’Argelès-sur-Mer loue des parcelles aux plus démunis. Celles-ci seront mises en vente après le second conflit mondial.

Fin années 1940

Croisillons en fer ; pyramides en béton immergés… : les stigmates du conflit mondial récemment achevé ne sont pas visibles sur cette carte postale, mais bien réels.
En effet, les Allemands, qui craignaient un débarquement sur la côte catalane, avaient métamorphosé Le Racou en sorte de « ligne Siegfried » maritime. erreur stratégique : le 15 août 1944, les alliés poseront le pied sur les plages de Provence.

Années 50 & 60

La modernité est en marche. Le « train des plages » déverse chaque été des visiteurs sans cesse plus nombreux. Les constructions se multiplient, mais seules 5 ou 6 familles y vivent en permanence. Des commerces restent ouverts à l’année : l’épicerie de la famille Colomine, le bar restaurant La Caravelle de Margot et Joseph Mallet-Ferrer.

Aujourd’hui

Le Racou n’a pas perdu son âme originelle…

Malgré le progrès, l’explosion démographique (une centaine de familles vivent à l’année) et le développement du tourisme, Le Racou n’a pas perdu son âme originelle. L’heure est également à la protection de l’environnement. Il y a quelques années, le site du Racou a fait l’objet d’un ambitieux programme de réhabilitation et d’aménagement assuré par le conservatoire du Littoral. Les projets immobiliers sont mis sous éteignoirs.

Le Racou commune libre

14 juillet 1957. Les Racouniens escomptent bien faire leur révolution. Ils se sentent de plus en plus abandonnés par la municipalité argelésienne. La colère gronde. Ce jour de fête nationale, la Commune libre du Racou est proclamée par Astruc, adjoint au Maire de l’époque. Six années plus tard, un putsch « pour rire » mettra fin à l’aventure. Guerre picrocholine ? loin de là… L’épisode permettra au Racou d’asseoir durablement ses particularités idéologiques et culturelles qui, autant que son cadre de vie exceptionnel, nourrissent son charme…

Nos suggestions