Gildas Girodeau
Publié le 26/07/2018
Catégories :
Portrait

Gildas Girodeau, romans noirs et olives fraîches

Entre deux salons littéraires, d'une dédicace à l'autre, rencontre avec l'une des plumes les plus insolites de la région.

L'olivière, la picholine ou la picual n'ont aucun secret pour lui. Tout comme les différentes techniques d'assassinat ou moyens de faire disparaître un corps. C'est que Gildas Girodeau se partage entre deux passions depuis une vingtaine d'années : l'écriture de romans noirs imaginés dans la région et l'oléiculture.


Tueur à la hache
L'intrigue de sa vie est liée à l'olive depuis 1940. Son grand-père allait apporter ses olives au moulin de Banyuls, comme en témoignent les archives. Aujourd'hui, il exploite avec sa femme 12 hectares de culture en agriculture biologique, dont une partie en territoire espagnol. Parmi les arbres exploités figurent de vieux oliviers rescapés du gel de 1956, mais aussi de jeunes plantations. "Mais c'est Isabelle l'oléicultrice en chef", sourit-il. "Moi je suis là en soutien le matin."

L'après-midi, Gildas se consacre à la passion qui l'anime depuis qu'il est lycéen : l'écriture. Ses histoires font voyager ses lecteurs dans le temps et au coeur des conflits qui agitent le monde. Xangô, son dernier roman et le douzième, vient de paraître en janvier. "Il part de la découverte d'un cadavre à Canet et va conduire l'enquêtrice en Argentine sur les traces d'un tueur à la hache." L'occasion d'aborder en arrière-plan les implications militaro-politiques de la France en Amérique du Sud.

De petites histoires dans la grande Histoire
Du polar au roman noir, davantage teinté de critique sociale, en passant par l'heroic fantasy, Gildas Girodeau aime à s'essayer à des genres différents. Il passe beaucoup de temps en recherches et à se documenter avant de se mettre à écrire. "Mais c'est toujours l'ultra local qui est mon point de départ pour toucher à l'universel", explique-t-il.

Son prochain projet : redonner vie à son personnage Paul Feder, déjà bien connu de ses fans, pour de nouvelles aventures. À 65 ans, l'auteur a encore beaucoup d'idées d'intrigues. "De petites histoires dans la grande Histoire. Car au fond, à quoi bon le roman, et même l'acte culturel en général, s'il n'est pas politique ?" Tout est dit.

Gildas Girodeau et sa femme proposent également deux chambres d'hôtes nichés au coeur des oliviers (www.masboutet.com)

Bibliographie des polars
- Xangô, éd. Au-delà du raisonnable (2018)
- La danse des cafards, Champ Lib (2017)
- Paul Feder Origines, Champ Lib (2016)
- Antonia, éd. Au delà du raisonnable (2015)
- La paix plus que la vérité, éd. Au-delà
du Raisonnable (2012)
- Les cafards se rebiffent, Cap Béar Editions (2011)
- Pas de répit pour les cafards, Cap Béar Editions (2009)
- Nucléar Parano, Cap Béar Éditions (2008)
- Malaguanyat, Terminus Béar, Cap Béar Éditions (2006)
- Rouge tragique à Collioure, Cap Béar Éditions (2005)

[Portrait à retrouver dans le magazine municipal d'Argelès-sur-Mer Granotes N°141]
 
CA
Article précédent
Article suivant